28/07/2009

Début de séjour en Hollande : Delft


Aussitôt débarquée à Rotterdam, je pose ma valise et me dirige vers la ville de Delft qui se situe à 20 minutes de train. Cette ville magnifique construite aux abords de canaux et traversée par plusieurs ponts est très pittoresque. En me promenant au travers des différents kiosques du marché, je m’arrête pour manger un hareng frit et contempler les différentes babioles. Par hasard, j’aperçois une affiche annonçant une exposition de joaillerie à la galerie pour laquelle j’ai entrepris d’aller à cet endroit, la Galerie Lous Martin.


Je me dirige vers cette petite rue où j’aperçois de superbes vitrines remplies de bijoux contemporains. À l’intérieur, la galerie est divisée en deux sections, une consacrée aux expositions et l’autre aux artistes représentés par la galerie. L’exposition est de l’artiste Laura Bakker son travail récent (2008-2009) est présenté à la Galerie Lous Martin et les pièces antérieures (1983-2008) sont au Musée Lambert van Meerten. J’ai adoré entrer dans l’univers calme et enchanteur de cette créatrice. Je me suis d’ailleurs procuré le catalogue d’exposition qui comprend trois livrets et un DVD. Cette vidéo nous permet de découvrir le processus de cueillette des matières naturelles qu’elle emploie et ses procédés de fabrication principalement composés d’étapes de formage au marteau. Si vous désirez avoir un aperçu, je vous conseille fortement d’aller voir le site Internet de Laura Bakker.


L’espace de la galerie consacrée à différents créateurs de bijoux d’art et de textile m’impressionne par la quantité et la variété des objets proposés. Je suis éblouie et c’est alors que j’aperçois une bibliothèque avec des catalogues. Je m’y précipite... Je demande alors à la vendeuse le prix de certains ouvrages et je lui mentionne que je suis vraiment étonnée par la qualité des catalogues, notamment ceux produits par cette galerie. J’en choisis quelques-uns et parmi ceux-ci celui de la fondatrice de la Galerie Madame Lous Martin. Émerveillée par toutes ces découvertes, je mentionne à la femme qui tient la galerie que c’est Andrea Wagner qui m’a recommandé cet endroit et que je suis vraiment heureuse d’avoir fait cette découverte. Elle me demande si je suis une designer de bijoux et je lui réponds à l’affirmative et lui renvoyant la question. Naïvement, je n’avais pas pensé que ce pouvait être Madame Martin qui était là, derrière le comptoir. Je lui fais mes excuses, me présente de façon plus officielle et lui sers la main avec admiration. Depuis 1965 que cette femme consacre sa vie à la création et à l’effervescence du bijou contemporain. Bien que notre conversation fût de courte durée, c’était un honneur pour moi d’avoir pu la rencontrer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire