03/08/2010

Conception et fabrication d’une sculpture en 12 jours…



Me voilà revenue d’un périple de 12 jours de résidence artistique organisée par le Groupe Artistique Portneuvois, dans la Vallée Bras-du-Nord à Saint-Raymond de Portneuf. Une expérience extraordinaire!

Défi extrême : faire une oeuvre installative avec des réflecteurs de lumière récupérés et des éléments naturels… Créer sur place à partir de ce qui se trouve dans un temps restreint (la majorité de mes sculptures antérieures ont pris plus de 3 mois à être réalisées)… Voici comment j'ai procédé: 5 jours d’exploration du territoire, recherche de matériaux et essais d’assemblage; 5 jours de fabrication intensive: perçage (9 350 trous, ce qui fait 56 100 tours de manivelle. Hi! Hi! Hi!), assemblage par enfilage de 45 morceaux de réflecteurs pour former 15 modules, bourrage de 30 sections de roseau commun, cueillit près du refuge; 1 journée d’installation périlleuse dans un corridor de boue qui a mené à l’association de 8 modules suspendus et cassés de façon à composer une forme dynamique avec l’environnement. Jour 12, vernissage et rencontre des médias et du public. OUFFF!

Malgré les embûches rencontrées lors de l'accrochage, je suis totalement satisfaite du résultat, l’œuvre Réflecteur est équilibrée et en parfaite harmonie avec son milieu. C’est une sculpture in situ réussie. En plus, créer sous pression m’a permis de trouver des solutions esthétiques inattendues qui m’amènent sur des pistes de réflexion nouvelles. Travailler avec la nature n’est pas évident, l’étendue, le paysage, les obstacles d’installation et la lumière sont des contraintes plus faciles à gérer en galerie… J’ai adoré l’exercice! La forme qu’a prise ma structure est surprenante et va certainement m’inciter à considérer davantage l’accident dans mes œuvres futures, particulièrement en joaillerie.

Aussi, en ce qui concerne l’exploration de matière, tout au long du séjour j’ai ramassé diverses trouvailles (roches, bois bleu, plumes, feuilles et déchets laissés par les randonneurs…). Cependant, ce n’est pas tant les éléments trouvés que la façon de les intégrer qui fut pour moi une révélation lors de ce séjour. En fabriquant la sculpture Réflecteur c’est aussi un mode d’emploi que j’ai découvert, un nouveau principe d’assemblage. Cette façon d’insérer, d’emprisonner les matériaux, m’ouvre sur un vaste champ de possible en ce qui a trait au développement de bijoux conçu à la manière de cette dernière sculpture…

Lors de cette résidence, je cherchais à retrouver un esthétisme industriel malgré l’utilisation d’éléments naturels. Avec un peu de recul, je crois sincèrement que j’ai surpassé mon intention première puisque j’ai réussi à amalgamer un univers froid et standardisé à un objet dont la forme et les matières font ressortir une sensibilité tout à fait différente, qui me plaît beaucoup.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire